Cette semaine, je change...

http://www.agoaye.com/cette-annee-je-semaine-10/

Cette semaine aurait du être celle où je souhaitais changer l'apparence du blog,
Cette semaine aurait du être celle où j'ai choisi de changer certaines habitudes,
Cette semaine, j'aurais du commencer par changer ma routine du soir,
Cette semaine s'est transformé en celle où j'ai changé tout ce qui été prévu...

Cela a commencé par des analyses classiques et banales....
Les résultats, eux, le sont devenus moins quand son médecin est arrivée, par surprise et inquiète, pour nous annoncer les résultats nécessitaient une direction aux urgences dans les brefs délais. Une ambulance était déjà en route. Cela a été très dur de la convaincre, elle déteste l’hôpital, son atmosphère, les médecins... tout. Je pense que, au vu de la période, cela lui rappelle cette période difficile du décès de mon père.

L'arrivée aux urgences se fit dans le stress, ce fut difficile de la retrouver rapidement. Au pour de 30 min nous la retrouvons sur un brancard, très affaiblie et très pâle. Je reste avec elle. J’essaie de la divertir, de la rassurer, je lui parle de notre quotidien, de ce qu’on fera en rentrant. J'essaye de la détendre un peu dans cet univers, pour elle, si anxiogène. L’attente aux urgences fut longue, très longue.
Au bout de quelques heures elle fut conduite dans un box de soin.
J’ai à peine le temps de comprendre que je ne peux pas venir avec elle qu'elle est déjà loin. On me montre, du doigt, une salle d’attente en m’expliquant brièvement que je devrais y patienter pendant au minimum une 1/2 heure. Je m'installe dans la salle d’attente, un peu apaisée d’avoir pu la voir et de lui avoir tenu compagnie. Cependant, j’ai l’impression que la situation m’échappe, je suis comme dépossédée de ma responsabilité vis-à-vis d’elle. Je voudrais tellement pouvoir me sentir utile à quelque chose.
Les questions prennent place alors..." Pourquoi dois-je attendre ? Pourquoi ne m’a-t-on pas laissé entrer avec elle ? Que va-t-il se passer pendant tout ce temps ? Cela veut-il dire qu’après, je pourrais aller la voir ? Ou peut-être que ça veut dire qu’elle sortira ensuite ? Comment ai-je pu passer à côté ? Comment n’ai-je pu pas voir les signes ? "
Je ne comprends pas, mais je n’ose pas poser ces questions. J’attends donc passivement. J’observe furtivement les quelques personnes avec lesquelles je suis condamnée à attendre. Les minutes passent très lentement et se ressemblent. Je me pose inlassablement les mêmes questions et tente d’y répondre par moi-même en émettant des suppositions en tout genre. Je commence même à culpabiliser de l’avoir amenée ici, elle doit m’en vouloir de l’avoir abandonnée comme ça. J’aimerais tellement être à ses côtés pour la rassurer. Au bout d’une heure, je peux enfin la rejoindre dans son box. Je m’assois à côté d’elle, lui tend la main et, assez nerveusement, je lui pose toute une série de questions. J’ai l’impression d’être plus stressée qu’elle. Elle m’explique avoir vu différentes personnes qui lui ont posé des questions et observée, prélevé du sang pour un bilan, mais qu’elle n’a toujours pas vu de médecin. On contrôle ses constantes vitales, sa fréquence cardiaque et sa tension artérielle. Le personnel des urgences vient régulièrement vérifier la température, la fréquence respiratoire, la saturation en oxygène (le problème en question) ainsi que son niveau de douleur. On attend ensuite l’examen clinique d’un médecin, qui en fonction des résultats,  procèdera à des examens complémentaires. Son dossier une fois réexaminé et les premiers résultats revenus... l’admission aux urgences fut prolongée par une hospitalisation.


Quatre ou cinq heures se sont alors écoulées, quand ce n’est pas plus.
D'autres heures suivront encore... Une fois arrivées à l'hôpital, on nous annonce que son hémoglobine a encore baissée et que de par sa maladie, son état est préoccupant mais que les causes leur restent inconnues. Neuf heures se sont écoulées quand je dois la quitter.
Examens et transfusion sont prévus dès le lendemain. La nuit blanche passée, je reviens et apprends, par elle, que son état ne permet pas les examens prévues et que la transfusion sanguine et de fer auront lieu pendant les 48 heures qui suivront.
Les consultations ayant lieu le matin, il m'est impossible de rencontrer un médecin et aucun renseignement ne m'est fourni au bureau des infirmières. La prise de médicaments vers 19 heures peut aurait pu être le moment de dialoguer avec l’équipe des infirmiers afin d'en savoir plus mais ce ne fut pas le cas. Six jours suivront sans n'avoir aucune précision sur son état, six jours à seulement voir les poches défilées, six jours à ses côtés... Bien que présente chaque jour, j'apprends sa sortie par un coup de téléphone. Il me faudra attendre son retour chez elle pour apprendre que bien qu'elle soit un peu remontée, son état reste trop faible et instable pour lui faire les examens de recherches nécessaires.


Aujourd'hui rentrée, elle reste affaiblie et diminuée, sous surveillance médicale en attente d'une meilleure stabilité pour faire les examens. Au programme des prochaines semaines, repos maximum pour éviter toute nouvelle baisse en attendant de trouver le cause.






Bref cette semaine s'est transformé en la semaine où j'ai changé toutes mes priorités pour être auprès de ma maman.







Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

  1. Olala quelle demaine je suis desolee ma belle. Je suis de tout coeur avec vous. Prend soin de ta maman, sois forte et presente pour elle. Bisous bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Merci beaucoup ma belle Méli <3
      Gros Bisous !

      Supprimer
  2. J'espère qu'on trouvera vite la cause de tout ça... gros bisous et bon rétablissement à ta maman <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi ! Merci beaucoup <3
      Gros bisous

      Supprimer

Enregistrer un commentaire