Cette semaine, j'aide...


Un sentiment d'impuissance, un grosse incertitude, les aléas de la vie, un besoin de changement, une tristesse, une anxiété et une irritabilité grandissante... les signes étaient là, de plus en présents. Cela planait dans l'air depuis quelques temps. La préoccupation du futur, un besoin de changement qui, petit à petit, lui semblait nécessaire, une goutte de trop dans la coupe de la vie et il s'est senti complètement envahi par des sentiments et des émotions qu'il n'arrive plus à gérer. La tristesse a conduit à l’isolement et l’isolement à une plus grande tristesse. Progressivement les émotions et les problèmes se sont développés... Elle s'était installée.


j'aide un ami dépression

La dépression a été un sujet compliqué à aborder avec lui. Il a fallu lui faire comprendre que la dépression est une maladie qui affecte nos émotions et notre esprit certes, mais que ce n'est pas pour cela qu'il est fou, comme il le pense... que, dans la plupart des cas, elle surgit à partir d’un ensemble d’événements que l'on ne sait plus gérer.
Il a été difficile pour lui de mettre son orgueil de côté et me laisser l’aider. Je sais qu'il en avait et as besoin d'aide tout de suite. Une main tendue et une étreinte pour le réconforter. Des mots de soutien et une écoute attentive, sans jugement, seulement pour être là. Il a fallu insister pour qu'il ne me tourne pas le dos, qu'il ne refuse pas l’aide que je lui offrais.
Cela me tenait à cœur car j’ai aussi pleuré, souffert, jusqu’à croire que je ne pourrais plus jamais me relever. Je me suis aussi déjà retrouvée dans la nécessité d'avoir de l’aide à quelqu’un pour aller de l’avant et il était là, il m' a aidé à passer à traverser un million d’épreuves. Je me dois d'être là pour lui, peu importe les circonstances. J'ai espoir que mes expériences peuvent peut-être l’aider à se rendre compte qu'il n’est pas seul dans cette épreuve. Il n’y a aucune raison pour que lui  son tour, n'affronte cela tout seul.
Il a réprimé ses émotions et sa douleur sûrement par honte d’exposer ses sentiments en public, par crainte d’être jugées ou stigmatisées, et que sa souffrance soit méprisée. Il est envahi par des idées noires et des pensées négatives telles que ne servir à rien, d'être incapable d'y arriver, d'être faible et que les gens sont mauvais, qu'on ne peut faire confiance à personne. Malheureusement sans soutien, cela peut vite se transformer en cercle vicieux : Quand le cercle se brise, tout commence à être vu différemment.
J'essaye de l'aider autant que je peux. J'essaye d'être à l'écoute et d'être présente quand il en a besoin, de lui changer les idées pour qu'il ne s'enferme pas, de lui montrer qu'il n'est pas seul Il y a beaucoup de personnes autour de lui qui l'aiment et qui veulent lui donner un coup de main. Même si il ne voit pas. Je tente également de lui faire réaliser qu'au fond il sait que ses difficultés actuelles disparaîtront tôt ou tard et l’avenir sera devant toi à nouveau. La vie est faite de joies et de tristesses, de réussites et d’échecs. Certes, la vie ne doit pas être parfaite. Les aléas sont la preuve que nous avançons peu à peu sur le chemin de la vie. Il est fréquent que la dépression empêche de percevoir toutes les merveilles autour de nous, mais cela ne signifie pas qu’il n’y en a pas. Il reste encore tant de belles choses à vivre… Cela en vaut la peine !

Puis aussi étrange que cela puisse paraître, essayer d’aider quelqu'un d'autre qui ne va pas bien peut aussi parfois être un excellent moyen de résoudre nos propres difficultés. Nos soucis peuvent se dissiper ou d'effacer quand nous cessons de nous concentrer sur elles.

La dépression est «une maladie de l’âme» à prendre vraiment au sérieux mais malheureusement elle reste un sujet difficile, encore très incomprise par beaucoup. 
j'aide un ami dépression

Cette semaine (comme d'autres avant et sûrement d'autres
après),  j'aide un ami qui ne va pas bien...



@ source : https://nospensees.fr 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

  1. Un ami qui a de la chance de t'avoir, parce que pour avoir été à sa place, je peux dire que c'est très précieux d'être juste compris. Ne pas être jugé(e) sur cette sensation de flottement qui entoure tout ce qu'on représente et qui pourrait nous mener bien loin si on écoutait cette voix au fond de soi qui dit "mais lâche, tu vois bien que tu es à bout, tu ne remonteras jamais". Ma famille m'a aidée. Des amis m'ont aidée. Sans eux j'avoue que j'aurais lâchée et que c'est ça qui encore maintenant me maintient à la surface, parce que je n'ai pas eu tout de suite quelqu'un qui m'a dit "fais toi soigner, tu ne vas pas bien, il faut que tu voies quelqu'un". Soit je cachais bien, soit je ne disais vraiment rien, mais le jour où on s'est aperçue que quelque chose n'allait plus, il était tard et c'était encore plus dur de me relever. Et c'est devenu chronique. Je suis restée fragilisée et sais qu'au moindre truc, je peux chuter. La différence c'est que je sens les signes et peux demander de l'aide à la psy qui me suit depuis tout ce temps. Mais parfois je suis trop enfermée dans mon mal-être aussi pour dire quoique se soit, alors je reste dans mon coin, moins entourée aussi physiquement. Ce n'est pas simple d'être aux côtés de quelqu'un qui ne pas bien. Il va y arriver, le plus dur est justement de laisser son orgueil de côté et dire "oui je vais mal, j'ai besoin d'aide" Prends soin de lui, prends soin de toi et merci pour ce très beau post que je découvre grâce à Cécile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage touchant et sensible Delphine. Tes mots me parlent et me touchent beaucoup. J'ai connu cela il y a presque 10 ans, il m'a fallu du temps mais le temps a fait son travail petit à petit et il le fait encore,mon suivi psy depuis aussi je pense mais ça va mieux aujourd'hui. Comme tu le dis si bien, on ressent les signes ensuite, ce qui fait que quand je suis sentie rechuter il y a 3 ans j'ai pu demander de l'aide. Il était là, lui. C'est pour cela qu'aujourd'hui, maintenant que c'est lui qui a besoin d'aide, il m'est impensable de le laisser seul et le laisser écouter cette petite voix au fond de lui.
      Je te souhaite de pouvoir aller mieux un jour, vraiment. Je t'envoie tout plein de courage ! Prends soin de toi également <3

      Supprimer
  2. C'est beau cette aide que tu apportes. Ce n'est pas simple d'aider sans juger, sans donner des conseils qui ne peuvent être entendus, sans pousser trop,...chapeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup <3 En effet ce n'est pas toujours simple. Après je pense qu'il faut agir comme on aimerait qu'on le fasse pour nous.

      Supprimer
  3. Tu es vraiment une personne d'une gentillesse infinie ma belle ! <3 C'est superbe ce que tu fais...
    Aufait, j'adore le nouveau style de ton blog !! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma belle <3 Je ne sais pas faire autrement je crois... une qualité ou une faiblesse je ne sais pas mais je suis comme ça ! <3

      Merciiiii <3 J'avais envie (et besoin) de changements ;) Je suis assez contente du résultat ! :) ça faisait longtemps que je voulais sans forcément prendre le temps ! :)
      Gros bisous

      Supprimer

Enregistrer un commentaire